Info locale

"Gilets jaunes" à Bourges : 6.300 manifestants et deux cortèges dans la ville (Vidéos)

12 janvier 2019 à 19h50
Ce samedi, à Bourges, avenue du 11 Novembre 1918
Crédit photo : Vibration

Si la majorité des manifestants a respecté l'itinéraire préalablement autorisé par les autorités, près de 600 d'entre eux sont entrés dans le centre-ville. De nombreux actes de violence ont aussi marqué la fin de la journée de samedi.

Ce début de week-end, près de 6.300 "Gilets jaunes" s'étaient donné rendez-vous dans le Cher, pour l'acte 9 du mouvement entamé en novembre dernier. À midi, ils étaient déjà 1.200 manifestants à se réunir place Séraucourt. Face à eux, présents à la tribune, deux figures des "Gilets jaunes" : Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle. Quelques heures auparavant, ce dernier avait expliqué vouloir choisir, pour la manifestation de ce 12 janvier, une ville "un peu moins connue des forces de l'ordre", notamment pour "éviter que la tension monte". De leur côté, les "Gilets jaunes" du Cher avaient appelé à un rassemblement pacifique autour de Bourges

Dès 13h30, le cortège quittait la place Séraucourt dans le calme, mais rapidement, bien qu'interdit à la manifestation par la préfecture du Cher, des manifestants tentaient d'entrer dans le centre-ville. Du côté du cortège officiel, il se poursuivait dans le calme.



Aux alentours de 16h00, comme plus tôt déjà, à d'autres endroits de la ville, des heurts éclataient près du Boulevard de la République.

Extrait d’un Live Facebook Vibration 


Pendant ce temps, le cortège principal ralliait la place Séraucourt, pour marquer la fin du parcours officiel. Dans la foule, on apercevait des groupes d'amis, des retraités, des familles... notamment Virginie*, sa soeur et leur maman. Elles habitent dans le Loir-et-Cher et tenaient à se déplacer à Bourges pour y manifester calmement.

Écouter le témoignage

Manifestants pacifiques ou pas, si certains commerçants de la ville affichaient leur soutien aux "Gilets jaunes", d'autres, excédés par le mouvement, s'exprimaient en regardant passer le cortège, comme Viviane*, propriétaire et gérante d'un commerce dans le centre de Bourges.

Écouter le témoignage

À la tombée du jour, alors qu'une grande partie des 6.300 manifestants recensés en fin de journée par les services de la préfecture quittait la ville, plusieurs centaines de personnes, bien décidées à en découdre avec les forces de l'ordre se heurtaient à ces dernières, notamment aux abords de la Cathédrale de Bourges, mais aussi cours Anatole-France et Place Séraucourt. Quelques 300 manifestants en seront finalement délogés par les canons à eau, les lanceurs de balles de défense et les gaz lacrymogènes. 

En début de soirée, dans un nouveau bilan, le parquet déclarait que, durant la journée de samedi, quinze personnes avaient été placées en garde à vue. Côté blessés, selon la préfecture du Cher, ils seraient au nombre de onze, dont deux CRS. En ce qui concerne la "casse" dans la ville, elle s'avérait relativement limitée : des containers brûlés, des poubelles carbonisées, quelques façades taguées, la devanture d'une banque endommagée et des panneaux de signalisation arrachés.

La nuit s'annonçait longue pour les forces de l’ordre. Quelques heures auparavant, 410 policiers et 250 gendarmes étaient mobilisés dans la ville.

Mise à jour 13/01 à 11h00 - comme le rapporte les journalistes du quotidien Le Berry Républicain ce dimanche matin, si les dégâts matériels dans la ville sont limités, le chantier de la nouvelle Maison de la culture a subi d'importants dommages : arrachages de palissades et vol de matériel






* À la demande des personnes interrogées, les prénoms ont été modifiés.