L’application anti-gaspi débarque à Orléans !

VIBRATION
Crédit: Too Goog to go

18 septembre 2017 à 11h07 par Diane Thibaudier

Elle était déjà disponible dans une trentaine de villes, elle est accessible à Orléans à partir du 19 septembre, l'application « Too Good to Go » continue sa lutte contre le gaspillage alimentaire.

L’application « Too Good to Go » a été lancée il y a plus d’un an, en juin 2016. Désormais, elle poursuit son développement et vient de débarquer dans la préfecture du Loiret. A partir de ce mardi 19 septembre, une dizaine de commerces va participer à Orléans. L’idée c’est de lutter contre le gaspillage, puisque chaque année plus de 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées en France.

Pour réduire ce gaspillage, l’application « Too Good to Go » propose les invendus des commerçants participants près de chez soi. Son slogan : « un geste pour la planète, un repas dans ton assiette ».

Alors, comment ça marche ?

C’est très simple, il suffit de télécharger l’application sur votre téléphone, de repérer les commerçants qui participent à l’opération près de chez vous et de commander votre repas. La facture est fixée à l’avance, mais attention vous ne pourrez pas choisir le contenu de votre boîte, c’est une surprise puisqu’il s’agit des invendus du jour !

Un plat de sushis à 4€ à Orléans 

A Orléans par exemple, vous pouvez commander un assortiment de produits chez la boulangerie Paul, place De Gaulle pour 3 euros. Ou une portion surprise à l’épicerie Rose et Léon, place du Châtelet pour 4,50 euros, ou encore un plat de sushis rue de Bourgogne pour 4 euros. Le restaurant ou commerce concerné vous communiquera une heure de collecte, inutile d’y aller avant, ni après. Et là encore, le contenu de votre commande n’est pas dévoilé, et il peut varier d’un jour à l’autre.

Et en plus de se faire plaisir à tout petit prix, et d’agir pour la planète, Too Good to go nous permet aussi d’être solidaires. Les utilisateurs peuvent donner 2 euros pour qu’un repas soit récupéré et remis à une personne dans le besoin. En quelques mois, les équipes de l’application ont pu distribuer plus de 800 repas aux plus démunis.