La SNCF commande des trains à hydrogène à Alstom pour la Bourgogne-Franche-Comté

VIBRATION
Un train Coradia Polyvalent à hydrogène.
Crédit: Alstom Design&Styling

8 avril 2021 à 5h37 par Etienne Escuer

La SNCF a passé une commande de premiers trains à hydrogène à Alstom, pour le compte de plusieurs régions, dont la Bourgogne-Franche-Comté.

Des trains à hydrogène devraient prochainement circuler sur les voies ferrées françaises. Alstom annonce ce jeudi 8 avril que la SNCF a passé une commande de 12 premiers modèles, destinés à quatre régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Occitanie et donc Bourgogne-Franche-Comté. Le contrat est estimé à 190 millions d'euros pour 12 rames. Trois seront fournies à chaque région. Entre les frais divers supplémentaires et les aides de l’Etat, cela revient à environ 14 millions par rame, soit le même prix qu’un train diesel-électrique.






Le ministre des Transports s'était déplacé à Auxerre


Pour la Bourgogne-Franche-Comté, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri s’était déplacé le mois dernier à Auxerre pour annoncer une commande de trois trains. Selon le président d'Alstom France, Jean-Baptiste Eyméoud, « les premiers essais sur voie sont prévus fin 2023, avec a priori une mise en service commerciale en 2025 ». Dans l’Yonne, les rames circuleront notamment entre Auxerre et Laroche-Migennes. « La commande de trois Coradia Polyvalent H2 pour un montant de 52 millions d’euros représente une étape de plus vers le déploiement de l’hydrogène en faveur des mobilités décarbonnées », explique Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté. « Ces rames feront partie d’un écosystème territorial basé à Auxerre, premier en France à intégrer le train. »






Ces trains à hydrogène seront bimodes, capables également de rouler sous caténaires en traction électrique. Ils auront une autonomie allant jusqu'à 600 km sur les lignes non-électrifiées. Ils mélangent de l'hydrogène embarqué à bord et de l'oxygène présent dans l'air ambiant, grâce à une pile à combustible installée dans la toiture qui produit l'électricité nécessaire à la traction de la rame. Concrètement, une chaîne de traction à hydrogène sera installée sur des modèles de TER.


 


(Avec AFP)