Le Berry lutte pour sauver les abeilles !

VIBRATION
Crédit: Illustration d'une ruche remplie d'abeilles / Pixabay

24 octobre 2017 à 3h26 par Benoit Hanrot

Depuis plusieurs années, le taux de mortalité chez les abeilles est en extrême augmentation. Le phénomène inquiète particulièrement car ces insectes ont une grande influence sur l'écosystème de la planète. C'est pourquoi certaines villes luttent pour leur survie. Décryptage :

Les abeilles sont des insectes présents sur la quasi-totalité du globe terrestre. On a recensé 20 000 espèces différentes dont 1 000 en France. Ces petites ouvrières sont indispensables à la vie sur terre car elles contribuent à la pollinisation. Sauf que le déclin mondial de ces butineuses est en marche depuis plusieurs années, et les causes de ce déclin sont scientifiquement identifiées.

L’inquiétude des apiculteurs ne date pas d’hier

Cela fait près de 15 ans que les apiculteurs tirent la sonnette d’alarme. Fervents opposants à l’agrochimie et ses effets dévastateurs, ils dénoncent aussi les dysfonctionnements majeurs dans le processus d’autorisation de mise sur le marché des pesticides. Des faits autorisés jusque-là par les pouvoirs publics.

Or, les pesticides et insecticides agissent sur le système nerveux des abeilles. Au point de réduire considérablement leur population (5 à 30% de moins entre 1995 et 2015) et leur rendement ces dernières années (en 1970, la production de miel était de 33 000 tonnes en France contre seulement 10 000 tonnes en 2015).

Illustration d'apiculteurs / Pixabay

Le Berry récompensé pour ses actions en faveur des abeilles

Saint-Amand-Montrond est heureuse. La ville sera la toute première à recevoir le label APIcité le 28 novembre prochain. Cette récompense met en avant les actions menées par la commune en faveur des abeilles et de l’environnement. Notamment la politique de la municipalité de lutte contre les frelons asiatiques ou encore l’organisation de la fête du Miel.

A Châteauroux, la ville vient de signer une convention avec un apiculteur de Montierchaume pour installer des ruches en milieu urbain, à Belle-Isle. Dix ruches viennent d’être positionnées au niveau du chemin de la baignade, près du verger conservatoire et des jardins familiaux. Objectif de cette expérimentation : s’éloigner des cultures et se rapprocher des villes où il y a beaucoup moins de traitement phytosanitaire qu’à la campagne.