Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Le ‘’chemsex’’: cette pratique sexuelle dangereuse !

26 juillet 2017 à 17h30

Les nouvelles tendances sexuelles ne sont pas toutes bonnes à suivre. La preuve avec le "chemsex" qui inquiète énormément les médecins...

Le « chemsex » c’est la nouvelle tendance sexuelle qui choque et qui, surtout, inquiète énormément les spécialistes de la médecine. Mais le « chemsex », c’est quoi ? Le « chemsex » c’est la contraction en anglais du mot « chemicals » et du mot « sex ». En français ce terme se traduit par le fait d’avoir des rapports sexuels sous l’emprise de la drogue, le tout dans le but d’augmenter le plaisir sexuel.

UNE PRATIQUE SEXUELLE DANGEREUSE POURTANT TRES REPANDUE... 

Outre le fait du problème de la consommation régulière et en grande quantité de substances illicites (cannabis, ecstasy, méphédrone, GHB, méthamphétamine, etc), cette nouvelle pratique sexuelle très largement répandue à travers le monde et qui débarque aujourd'hui en Europe inquiète beaucoup les professionnels de la médecine. Et pour cause, selon eux, le « chemsex » entraîne la baisse de vigilance des partenaires et favorise donc la transmission de maladies et autres virus sexuellement transmissibles (MST), et notamment la propagation du virus du SIDA.

Interrogé par l’AFP (Agence France Presse), David Stuart, aujourd’hui à la tête d’un programme venant en aide aux adeptes du « chemsex », explique que « chaque jour une trentaine de personnes vient nous voir après avoir été potentiellement exposées au VIH lors d’un rapport sexuel sans préservatifs ou avoir partagé des aiguilles (…) ». Le « chemsex » représente donc une vraie menace d’autant plus que 18% de personnes entre 18 ans et 75 ans affirment avoir déjà consommé des psychotropes, à savoir des substances médicamenteuses modifiant l’activité cérébrale. Autre information importante, 1,6 millions de personnes ont été diagnostiquées séropositives en 2016. C’est moins que les années précédentes, mais l’usage du préservatif reste indispensable pour limiter les risques.



Source