Le logo anti-malbouffe débarquera dans les rayons fin 2018

VIBRATION
Crédit: Illustration d'un rayon de supermarché bientôt équipé du logo Nutri-Score / Pixabay

2 novembre 2017 à 5h12 par Benoit Hanrot

L'étiquetage alimentaire Nutri-score a enfin été adopté cette semaine. Mais il faudra attendre encore une année avant de le voir débarquer en rayon. Son objectif est de permettre aux clients de faire rapidement la différence entre les produits sains et ceux qui le sont moins. Décryptage :

Nutri-score, késako ? 


Quand on parle de réglementation, trois couleurs nous viennent immédiatement en tête : le vert qui « autorise », le orange qui « déconseille » et le rouge qui « interdit ». C’est le cas notamment lorsque vous arrivez devant un feu « tricolore ». L’étiquetage alimentaire Nutri-score fonctionne à peu près de la même manière. En un clin d’œil, ce logo anti-malbouffe doit vous permettre de faire la différence entre les aliments riches en aliments gras, sucrés ou salés (rouge) de ceux qui en contiennent peu (vert). 


Voici le logo Nutri-score qui débarquera en grande surface fin 2018 / Pixabay


Un réel impact sur votre choix ?


Nutri-score débarquera dans les rayons de supermarché à la fin de l’année 2018. Ce système d’étiquetage nutritionnel simplifié doit permettre de faciliter le choix d’achat d’un consommateur, au regard de la composition nutritionnelle des produits. Pour cela, il reprend le visuel des logos présents sur l’avant des emballages et classe les produits en 5 catégories (A en « vert foncé » à E en « rouge »).


Le choix de ce logo résultat d’une étude comparative de quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel menée dans des dizaines de supermarchés de quatre régions de France. L’étude a montré que leur présence pouvait modifier le comportement d’achat des consommateurs. A terme, il doit aussi servir à favoriser une bonne alimentation à l’heure où le nombre de personnes obèses ou en surpoids augmente en France. Du côté des associations de défense des consommateurs, on se félicite de cette avancée. L’UFC-Que Choisir estime que son arrivée va permettre aux clients de redevenir acteurs de leurs choix et aux industriels d’améliorer leurs recettes.