Les Français aiment les maths… mais pas à l’école

VIBRATION
Crédit: pixabay.com

19 octobre 2017 à 5h54 par Benoit Hanrot

Les Français et les maths, c'est une affaire qui ne roule pas. Selon un sondage CSA réalisé pour le Point, 6 Français sur 10 ont apprécié la matière à l'école. Pour autant, 65% des sondés estiment qu'elle est mal enseignée. Décryptage :

Vous les avez aimées ou détestées… souvent grâce ou à cause des professeurs qui vous les ont enseignées. Mais qu’on les aime ou qu’on ne les aime pas, les mathématiques sont essentielles dans notre quotidien. Que ce soit pour calculer une remise en pourcentage lors des soldes, évaluer la surface en mètre carré d’un logement ou encore pour calculer un temps de trajet. D’ailleurs, sept Français sur 10 sont incapables d’effectuer les calculs de base, pourtant indispensables dans 70% des métiers. Alors pourquoi sommes nous si fâchés avec les maths ?

Un problème d’enseignement

Il y a quasiment un an, une étude internationale TIMSS a placé en queue d’un classement européen les performances des élèves français de CM1. D’après l’étude, ils affichent les pires résultats de l’Union européenne en mathématiques devant Chypre. De plus, selon l’agence des statistiques du ministère de l’Education de l’époque, 13% des élèves évalués obtiennent un score inférieur à la moyenne internationale. Comment expliquer ces mauvais résultats ?

La formation des professeurs des écoles est d’abord remise en question. D’abord, une majorité des enseignants en primaire n’ont pas fait d’études en mathématiques. Beaucoup viennent de licences de sciences de l’éducation, de linguistiques ou encore d’histoires-géographie. Bref, le constat est simple : on manque de professeurs agrégés en mathématiques.

Photo d'illustration d'un paiement par carte bancaire durant les soldes / Pixabay

L’autre problème, c’est la pédagogie avec laquelle la matière est enseignée. En effet, pour attirer la curiosité de l’élève, mieux vaut qu’il puisse s’imaginer une situation du quotidien pour être amené à se poser plus facilement les bonnes questions. Comme le rappel plusieurs spécialistes, « les maths, ce n’est pas que du par cœur, c’est aussi et surtout de comprendre ce que l’on fait ».