Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Nevers / Tentative de suicide en direct sur Facebook

05 mai 2017 à 14h29 Par Rédaction

Une adolescente a tenté de se suicider dans la nuit du 2 au 3 mai à Nevers. Elle était connectée à l'application Facebook Live au moment du drame. Récit d'une soirée qui a failli virer au drame :

La nuit de mardi à mercredi restera à jamais graver dans la tête d’une adolescente de 15 ans domiciliée dans la Nièvre, à Nevers. La jeune fille avait décidé d’en finir avec la vie. Pour se faire, elle avait décidé de mettre en scène sa funeste fin en se connectant en direct sur Facebook à l’aide de son téléphone portable.

Une de ses amies a alerté les policiers parisiens qui ont immédiatement prévenu les pompiers de la Nièvre. Ces derniers ont fait de même avec leurs collègues de gendarmerie qui sont arrivés en premier sur les lieux du drame. Les fonctionnaires ont été reçus par la mère de la victime, qui ne se doutait pas de ce qui se passait dans la chambre de sa fille.

Une déception amoureuse pour justifier son geste

A l’arrivée des policiers, le téléphone de l’adolescente était encore allumé. Il venait de filmer toute la scène. La jeune fille a été découverte peu après minuit, allongée sur son lit. D’après le porte-parole de la police, « elle présentait des traces de lacération sur le bras gauche et un foulard noué autour du cou. ».

Les fonctionnaires ont d’ailleurs coupé son foulard pour la ramener à la vie. Le récit d’une déception amoureuse a été retrouvé dans un mot près d’elle. Il pourrait s’agir du mobile pour son passage à l’acte.

 

Facebook Live : vidéothèque macabre ?

Ce drame intervient alors que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé en milieu de semaine le recrutement de 3 000 personnes supplémentaires sur le réseau social. Leur mission sera de filtrer les contenus violents. Car malheureusement, ce n’est pas la première fois que ce genre de drame se produit sur le direct de Facebook.

On se rappelle notamment de ce père de famille thaïlandais qui avait étranglé sa fille de 11 mois à l’aide d’une corde avant de la jeter par la fenêtre. En décembre dernier, une jeune maman de 25 ans originaire d’Arkansas a été victime d’un malaise en direct. A l’époque, personne n’avait prévenu les secours durant les trente premières minutes. Plus récemment, un Américain, revendiquant le meurtre de 14 personnes, a assassiné en direct un passant au hasard dans une rue de l’Ohio. Il a ensuite mis fin à ses jours.

Tous ces drames ont été diffusés à l’époque sur Facebook Live. C’est pourquoi certaines autorités se demandent aujourd’hui s’il ne faudrait pas supprimer ce service au grand public.