Santé: la grippe débarque, son vaccin aussi

VIBRATION

5 octobre 2017 à 3h56 par Benoit Hanrot

La campagne d'immunisation contre le virus de la grippe démarre cette semaine. Le gouvernement espère que davantage de monde se sentira concerné cette année, pour éviter de se retrouver dans la même situation que l'an passé :

Ce sont les vendeurs de mouchoirs qui risquent de se frotter les mains. Et oui, avec la chute des températures et le retour de l’automne, c’est un virus redouté qui devrait poser ses valises en France dans les prochains jours : la grippe. L’an passé, la maladie a causé la mort de 14 000 personnes.

Qui sont les 12 millions de personnes concernées ?

Le ministère de la Santé tire la sonnette d’alarme. Il recommande fortement la vaccination de la grippe saisonnière pour les personnes les plus fragiles. Parmi les personnes ciblées : les personnes âgées de 65 ans et plus, les malades (affection cardiaque ou respiratoire, maladie hépatique chronique, diabète, système immunitaire fragilisé ou encore obésité morbide), les femmes enceintes, l’entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois ou encore les professionnels de santé qui travaillent au contact des retraités et ceux des secteurs du tourisme et du transport.

 

La campagne débute donc demain et s’achèvera le 31 janvier 2018. En moyenne, il faut une quinzaine de jours pour que la vaccination soit efficace. Rappelons également que ces vaccins sont gratuits pour les 12 millions de personnes concernées en priorité. Ils seront disponibles dans les prochaines 24h en pharmacie.

Pour augmenter la vaccination, les pharmaciens entrent dans la danse

Jusqu’à maintenant, seuls les médecins généralistes et les infirmières pouvaient prodiguer un vaccin chez les personnes âgées ou atteintes d’une maladie chronique déjà immunisée. Mais les temps changent. Et désormais, les pharmaciens de deux régions (Nouvelle-Aquitaine et Auvergne - Rhône-Alpes) y sont aussi autorisés à titre expérimental. Trois types de personnes ne peuvent toujours pas bénéficier de leurs services : les femmes enceintes, les immunodéprimés et bien sûr les celles et ceux qui sont vaccinés pour la première fois.