L'Equipe du Matin Vibration

Tinder : un policier utilisait des données confidentielles pour se renseigner sur ses rencontres

11 février 2019 à 06h10 Par Diane Thibaudier
Crédit photo : pixabay - image d'illustration

Il pourrait presque s'agir du synopsis d'un film ou d'une série à suspense : un policier vient d'être interpellé pour avoir utilisé une base de données confidentielles afin de se renseigner sur ses petites amies. Explications.

C'est totalement illégal : un policier australien vient d'être interpellé pour avoir utilisé une base de données confidentielle à des fins personnelles. Son idée ? Vérifier l'identité et le parcours de ses petites amies grâce à la base de données de la police. Mais l'homme ne s'est pas arrêté à ses quelques petites amies, il a aussi utilisé ce fichier confidentiel pour se renseigner sur une centaine de femmes trouvées sur deux applications de rencontres, dont Tinder. 

De la prison pour quelques crushs... 

L'ancien officier rentrait en fait le nom de ses "victimes" dans cette base de données, depuis six ans. Des faits totalement illégaux puisque ces fichiers ne doivent être utilisés qu'à des fins judiciaires. Et malgré les tentatives de défense de son avocat, la Cour n'a pas été convaincue. Elle a même voulu en faire un exemple pour prouver qu'il ne fallait pas "abuser d'informations personnelles, privées et sensibles". Le policier a été condamné à six mois de prison.