Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Un conducteur de train ivre jugé après avoir raté un arrêt à Nevers

30 août 2017 à 07h39 Par Benoit Hanrot

La justice doit juger aujourd’hui un cheminot qui avait été contrôlé en juin dernier en état d’ébriété aux commandes d’un train. Ce dernier avait oublié de s’arrêter en gare de Nevers. Récit :

Son histoire avait fait la Une des médias. Le 28 juin dernier, un conducteur de train a perdu les pédales aux manettes d’un Intercités Paris – Clermont-Ferrand. Il a tout simplement oublié de s’arrêter en gare de Nevers. Il faut dire qu’avec 3,34g d’alcool par litre de sang, les réflexes se font plus rares. Pour sa part, au moment des faits, ils avaient tout simplement disparu.

Un foie en béton

Le cheminot a fini par se rendre compte qu’il avait raté l’arrêt un peu tard. Il a finalement repris ses esprits en gare de Saincaize-Meauce dans la soirée après qu’un feu rouge soit indiqué par le poste de commandement de la SNCF. Interpellé dans la foulée, les autorités ont découvert qu’il n’était pas seul en cabine. Un cubi de trois litres de rosée a été retrouvé à ses côtés. Il était d’ailleurs bien entamé, deux tiers de son contenu avaient été consommés après deux heures de trajet.

Lors de son audition, le prévenu âgé de 43 ans ne s’est pas débiné. En plus du cubi, il a confié aux enquêteurs qu’il avait commencé à boire des bières à son domicile en région parisienne avant d’enchaîner lors de son travail. Résultat, des dizaines de voyageurs ont vu passer leur train en gare de Nevers à 110km/h sans que celui-ci ne daigne s’arrêter.

Il risque de la prison ferme

Pour cette faute qui aurait pu être préjudiciable aux deux cents passagers qui se trouvaient à bord de ce Paris – Clermont-Ferrand, le cheminot va comparaître aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Nevers pour conduite sous l’emprise d’un état alcoolique et mise en danger de la vie d’autrui. Pour ces deux chefs d’accusation, il encourt jusqu’à trois ans de prison et 20 000€ d’amende. Du côté de la SNCF, une procédure disciplinaire est également en cours.