Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Un été chaud et sec en Bourgogne

22 septembre 2020 à 07h20 Par Etienne Escuer
L'été a été chaud et sec en Bourgogne !
Crédit photo : Pixabay

Une fois de plus, l’été s’est avéré particulièrement chaud et sec en Bourgogne, constate Météo-France.

L’automne calendaire débute officiellement ce mardi 22 septembre, alors que les températures redescendent petit à petit par rapport à la semaine dernière. L’été météorologique, lui, s’est terminé fin août, selon la définition de Météo-France qui peut donc déjà effectuer les premiers bilans.

Après un printemps déjà chaud et sec en Bourgogne, la tendance s’est poursuivie sur les mois de juin, juillet et août. « Cet été fait partie des 10 étés les plus secs, le déficit de précipitations atteint 20 à 50% selon les zones », explique Sylvie le Dars, climatologue pour Météo France en Bourgogne. « L’été a aussi été particulièrement chaud, il fait également partie des 10 étés les plus chauds, avec un excédent d’1,3°C en moyenne, que ce soit sur la Nièvre ou sur l’Yonne. » Le principal problème vient surtout du fait que ces étés chauds reviennent de plus en plus fréquemment. Outre 2003, marqué par la canicule, les autres étés les plus chauds depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ont en effet eu lieu en 2015, 2018 et 2019.

 

Écouter le podcast

Des records de chaleur en septembre 

Ces températures élevées ne s’arrêtent toutefois pas à l’été. Le mois de septembre 2020 a lui aussi connu une vague de chaleur et de vieux records sont tombés. 35,3 degrés ont, par exemple, été relevés le 14 septembre à Nevers (le précédent record datait de 1947 !), ou 36,2 à Chablis. « Ce sont effectivement des températures exceptionnelles pour un mois de septembre et on se rend compte qu’il y a de plus en plus de chaleurs tardives », poursuit Sylvie le Dars.

 

Écouter le podcast

 

 

Pour la climatologue de Météo-France, le phénomène risque de continuer dans les années à venir. « En 2018, on avait déjà eu un coup de chaud en septembre, tout comme en 2016. Mais cela n’exclut pas qu’une année, on ait un mois de septembre froid. Cela reste aléatoire ! »