Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

Un policier refuse de partir à la retraite sans son chien.

25 avril 2017 à 12h56 Par Rédaction

C'est la belle histoire d'Albanne. Un policier du Shropshire, près de Birmingham en Angleterre, se bat pour garder avec lui le chien qui l'assistait pendant ses missions.

David Evans, un policier de 59 ans, s’apprête à prendre sa retraite après 34 ans de service. Mais son départ n’est pas aussi joyeux qu’il devrait l’être.

En effet, en quittant la police, il devra également laisser derrière lui le chien dont il avait la charge, Ivy, une Malinois croisée Berger Allemand âgée de quatre ans. L’âge normal de la retraite pour les chiens policiers est de huit ans. Le sergent doit donc le remettre à son nouveau gardien pour qu’Ivy puisse continuer son devoir.

Le futur retraité a tissé des liens si fort avec sa chienne, qu’il ne peut se résoudre à la laisser. David a même proposé d’acheter Ivy et de payer les coûts induits par son remplacement. La formation d’un chien policier est en effet coûteuse : 24 000 livres sterling (environ 28 000 euros), pour un entraînement de plusieurs semaines.

Afin de garder son chien, le sergent Evans a lancé une pétition en ligne, signée par près de 25.000 personnes. "Nous espérions recueillir quelques centaines de signatures, mais nous en avons eu des milliers, venues de gens aussi éloignés que du Canada et de la Nouvelle-Zélande", indique Jennie, la fille de David Evans, qui a mis la pétition en ligne.

De son côté, le directeur de la police de West Mercia, Anthony Bangham, a montré des signes positifs, en reconnaissant « le lien unique entre un officier et son chien ». Il a également proposé de s’entretenir avec David Evans.

En attendant, n’hésitez pas à signer la pétition de Jennie Evans