Erosexpo : le dieu de l’Amour s’invite au Mans

Erosexpo
Erosexpo
Crédit: Compte Facebook Erosexpo

21 novembre 2022 à 6h00 par Hugo Harnois

« Erosexpo », le salon de l’érotisme, va ouvrir ses portes pour la seconde fois dans la cité mancelle le week-end du 26 et 27 novembre.

« Erosexpo » poursuit sa tournée des routes de France en s’arrêtant au Mans les 26 et 27 novembre prochains. Au programme cette année : un salon avec des exposants pour les personnes de plus de 16 ans. Mais aussi des spectacles assurés par des artistes venant de tous les horizons, comme des circassiens, des cracheurs de feu ou encore des magiciens. Des shows plus chauds seront réservés aux adultes de 18 ans, avec la présence d’un théâtre X notamment.

 

Un public large

Organisatrice de l’évènement, Cindy Marques assure que le public qui se déplace au salon est très large, « de plus de 16 ans jusqu’à 80 ans. Il n’y a pas de cibles particulières, on remarque beaucoup de couples, des enterrements de vies de garçons, de jeunes filles, c’est très éclectique, et ça concerne tout le monde. »

Aujourd’hui, les couples se déplacent au salon de l’érotisme « pour pimenter leurs vies coquines », assure Cindy Marques, évoquant sur place des tenues, lingeries, jouets érotiques, et autres huiles de massage. Les gens viennent aussi « passer un bon moment. La curiosité les attire, ils s’aèrent l’esprit, se vident la tête, surtout avec les périodes qu’on vient de passer. »

 

Les gens "s'assument plus qu'avant"

Dans ce milieu depuis plus de 15 ans, l’organisatrice du salon érotique affirme que la clientèle a bien changé en une décennie : « 70% du public étaient masculin. Aujourd’hui on n’est plus du tout sur ce schéma-là, il y a beaucoup de groupes de femmes ». Elle ajoute que « les gens sont beaucoup plus relaxes avec l‘érotisme, ils s’assument plus qu’avant. Ils sont décomplexés par rapport à tout ce qu’est sexualité. »

S’il n’y a pas encore d’espaces dédiés aux personnes LGBT+, Cindy Marques précise qu’elle et ses équipes y travaillent : « ça demande des organisations différentes sur le salon, il faut trouver des artistes prêts à faire des spectacles plus ciblés, mais c’est dans les tuyaux, on est en train de travailler sur le dossier. »