Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Camps d’internement du Loiret : des photos inédites de la « rafle du billet vert » découvertes

12 mai 2021 à 08h33 Par Etienne Escuer
Les clichés, pris notamment au gymnase Japy à Paris, seront prochainement exposés au Mémorial de la Shoah.
Crédit photo : Handout / Memorial de la Shoah / AFP

Le Mémorial de la Shoah dévoile ce mercredi 12 mai près d’une centaine de photos inédites de la « rafle du billet vert », en mai 1941. Des milliers de juifs avaient été envoyés dans des camps d’internement du Loiret.

98 photos inédites, prises par un soldat allemand de la « Propaganda Kompany » pendant la « rafle du billet vert » en mai 1941, ont été dévoilées ce mercredi par le Mémorial de la Shoah. Il s’agit de la première arrestation massive de Juifs étrangers en région parisienne, dont 3 747 seront ensuite déportés vers les camps d’internement de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, dans le Loiret. Ils resteront un an, avant d'être envoyés à Auschwitz.

Des clichés « exceptionnels »

Ces clichés, pris notamment au gymnase Japy, dans l'est parisien, « attestent de scènes que nous ne connaissions qu'à travers des témoignages des familles de survivants », indique Lior Lalieu-Smadja, la conservatrice du Mémorial de la Shoah. Les 14 et 15 mai 1941, un « billet vert » avait appelé les plus de 6 000 Juifs étrangers de Paris, principalement des Polonais, à venir se faire recenser dans les commissariats. Sur l'une des photos, figurent côte à côte le SS Theodor Dannecker, un des orchestrateurs de la « Solution finale », et le préfet de police François Bard à l'intérieur du gymnase, peu avant le début du recensement. 

D’autres clichés, pris à l'extérieur, permettent de saisir l'atmosphère de la rafle : un couple qui s'embrasse une dernière fois sous le regard d'un policier français, des enfants amassés devant l'entrée du gymnase, un landau vide, etc. « Ces photos sont singulières parce que contrairement à ce que voulait montrer la propagande nazie, à savoir "des parasites", des hommes complètement déshumanisés, c'est un peu l'inverse que l'on voit », poursuit Lior Lalieu-Smadja. Certaines photos ont aussi été prises dans les camps d'internement du Loiret. Elles sont à retrouver par exemple dans cet article de la République du Centre.

Les photos ont été acquises, « un peu par hasard », par le Mémorial à un brocanteur normand il y a quelques mois, selon Lior Lalieu-Smadja. De l’événement, moins connu que la rafle du Vél d'Hiv, peu d'images existaient, ce qui rend cette découverte « exceptionnelle », selon la responsable de la photothèque du Mémorial.

Plusieurs photos seront exposées en accès libre sur les fenêtres du gymnase Japy à partir de vendredi et seront disponibles sur demande dans la salle de lecture du Mémorial de la Shoah à sa réouverture. Un Mémorial doit aussi être inauguré cet été à la gare de Pithiviers, dans le Loiret.

(Avec AFP)