Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Eure-et-Loir : des visons contaminés par le Covid-19, l’élevage abattu

23 novembre 2020 à 06h56 Par Etienne Escuer
Image d'archives. En 2019, l'association de défense des animaux OneVoice avait épinglé l'élevage eurélien.
Crédit photo : OneVoice

Des cas de covid-19 ont été détectés dans un élevage de vison d’Eure-et-Loir. Le gouvernement a ordonné que 1.000 animaux soient abattus.

Le covid-19 a été décelé dans l’un des quatre élevages français de visons, a fait savoir ce dimanche 22 novembre le ministère de l’Agriculture. Il s’agit d’une exploitation située en Eure-et-Loir, à Champrond-en-Gâtine. « L'abattage de la totalité des mille animaux encore présents sur l’exploitation et l’élimination des produits issus de ces animaux » ont été ordonnés, a fait savoir le gouvernement. Des analyses avaient été réalisées mi-novembre dans le cadre d'un programme dédié conduit par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Les résultats des tests effectués sur les éleveurs des quatre sites français se sont en revanche révélés négatifs, mais une surveillance renforcée a été mise en place pour l'éleveur eurélien et sa famille.

Un risque de virus variant qui rendrait inopérants les vaccins

Plusieurs pays européens ont déjà rapporté des contaminations d'élevages de visons, principalement le Danemark, avec la découverte récente d'un virus variant. Cela a fait craindre une mutation du coronavirus qui, transmis à l'homme, rendrait inopérants les vaccins en cours de développement. Les autorités locales estiment cependant que la souche mutante est « très probablement éteinte ». En France, une analyse de séquençage du virus sera connue d’ici à la fin de la semaine « et doit permettre d’exclure toute contamination par le variant SARS-COV-2 », selon le gouvernement. La filière française de la fourrure a indiqué dimanche soir qu'elle « collaborerait en toute transparence afin de garantir les meilleures conditions sanitaires pour les élevages et leur environnement ».

(Avec AFP)