Insolite

Il écope d’une amende de 100 euros pour avoir donné 70 centimes à une mendiante

22 novembre 2019 à 14h00 Par A.L.
La SNCF a finalement annulée son amende.
Crédit photo : Pixabay

Un Toulousain a été verbalisé jeudi par la police ferroviaire pour « sollicitation de toute nature » parce qu’il venait de donner quelques pièces à une mendiante.

Cette histoire est complètement invraisemblable mais pourtant réelle. Selon son récit relayé par France 3, un Toulousain a été verbalisé à Toulouse (Haute-Garonne), le 20 novembre dernier, pour avoir donné 70 centimes à une femme mendiant dans la gare Matabiau. À cause de ce geste à priori anodin, l'homme a écopé d'une contravention de 100 euros. En effet, ce dernier a raconté qu'une femme l'aurait abordé tandis qu'il était arrêté à un distributeur de billets. Elle faisait la manche. L'homme a alors trouvé 70 centimes au fond de ses poches et lui a donné. Malheureusement, une équipe de la police ferroviaire se serait alors approchée, un des membres lui aurait alors indiqué que la mendicité dans les lieux publics est interdite. "Je lui ai répondu que la femme ne m'avait pas directement demandé de l'argent", a-t-il affirmé. "Il m'a répondu que si je lui donnais les pièces que j'avais encore dans la main, j'étais passible d'une contravention".

Une amende ahurissante

"C'était tellement stupéfiant que j'ai cru que ce n'était pas sérieux et que j'ai lâché mes 70 centimes dans la main de la femme", a expliqué l'homme à France 3. Le policier aurait donc sorti son carnet et verbalisé le jeune homme pour "sollicitation de toute nature". L'homme aurait réalisé seulement plus tard que le forfait amende de 50 euros annoncé par le policier aurait été doublé pour atteindre 100 euros.

Contactée par France 3, la SNCF a confirmé la verbalisation et l'amende mais n'a pas été en mesure d'en expliquer les raisons. "Sollicitation de toute nature, cela veut dire que vous n'avez pas le droit, dans un lieu public comme une gare, de solliciter les personnes présentes, même pour un sondage par exemple, sans autorisation. De plus, la mendicité est interdite dans les lieux publics. Si cette contravention a été dressée c'est qu'il y avait une bonne raison de le faire. De toute façon entre la personne verbalisée et le policier, ce sera parole contre parole", a déclaré l'entreprise. Mais à la suite de la parution de cette affaire dans la presse, la direction régionale de la SNCF de Toulouse a indiqué que l'amende allait être annulée et reconnaît "une maladresse" de la part de l'équipe de la police ferroviaire. Voilà qui finit bien !