Info locale

Ingré : le maire espère que l’arrêté anti-pesticide fera bouger les lignes

07 octobre 2019 à 06h00 Par Benoit Hanrot
Le maire d'Ingré espère que son arrêté anti-pesticide fera réagir ses homologues
Crédit photo : Wikimedia Commons

La semaine dernière, Christian Dumas, le maire d’Ingré a été le premier maire du département à prendre un arrêté anti-pesticide. Une manière pour lui d’interpeller les autorités sur les possibles dangers des pesticides et de prendre ses responsabilités vis-à-vis de ses administrés.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Christian Dumas ne fait pas dans la langue de bois. Le maire d’Ingré a accepté rapidement de répondre à nos questions, quelques jours après avoir pris un arrêté anti-pesticide dans sa commune. Le texte restreint considérablement l’usage de ces produits phytosanitaires. Il interdit même son utilisation à moins de 150m des habitations. Pourquoi avoir décidé de prendre un tel arrêté ? La réponse de l’intéressé :

 

Écouter le podcast

 

Il y a dix ans, l’Agence Régionale de Santé a demandé à Christian Dumas de traiter les forages municipaux dans lesquels se trouvaient des nitrates et des pesticides, notamment de l’atrazine, sous peine de ne plus pouvoir délivrer de l’eau consommable. En suivant cette logique, le maire a estimé que les pesticides présents dans l’eau étaient aussi nocifs que ceux présents dans l’air.

Par cet arrêté, il entend prendre ses responsabilités et retenir les leçons du passé comme cela a pu être le cas avec l’affaire nationale de l’amiante. L’autre objectif de cet arrêté, c’est de créer une prise de conscience collective :

 

Écouter le podcast

 

Dernier point important, pointer du doigt le rôle des grandes firmes qui commercialisent ces produits nocifs :

« Je ne doute pas qu’elles aient des capacités de recherche pour mettre au point des produits alternatifs moins dangereux et tout aussi efficaces mais je me demande si elles ont réellement intérêt aujourd’hui, tant qu’elles arrivent à vendre des choses éprouvées depuis des dizaines d’années, pas chères mais qui se vendent très chères, à pousser les recherches sur d’autres produits. » Christian Dumas 

Il y a quelques mois, Emmanuel Macron a soutenu « dans ses intentions » le maire breton qui avait pris le même arrêté que son homologue ingréen. Pour autant, en janvier, le chef de l’Etat a finalement renoncé à sa promesse d’interdire le glyphosate en 2021. Cette annonce a-t-elle surpris Christian Dumas ?

 

Écouter le podcast

 

Malgré cet arrêté, le maire d’Ingré sait que le texte pose problème, en particulier pour les agriculteurs. Il reconnaît que ces derniers sont enferrés dans un modèle économique qui ne leur laisse plus le choix et qu’ils sont les premiers concernés par ces produits qui jouent sur leur santé.