La Librairie Furet du Nord ne s’installera pas à Orléans !

VIBRATION
Crédit: L'enseigne Furet du Nord ne viendra pas à Orléans / Pixabay

27 novembre 2017 à 6h54 par Benoit Hanrot

Retour à la case départ pour la mairie d'Orléans. Alors que tout semblait s'emboîter pour accueillir l'enseigne Furet du Nord dans les anciens locaux de Passion Culture, cette dernière a décidé de faire machine arrière toute. La pression des autres libraires aurait-elle pesé dans la balance ? On décrypte tout ça :

L’arrivée d’une nouvelle librairie à Orléans ne faisait quasiment aucun doute ces derniers jours. Finalement, Furet du Nord ne viendra pas s’installer dans le Loiret. La chaîne de librairies présente dans le nord de la France a décidé de renoncer au projet orléanais. C’est la directrice de la communication de l’enseigne qui l’a confirmé dans les colonnes de nos confrères de la Rep. L’affaire était pourtant bien embarquée depuis plusieurs semaines mais elle a finalement été tuée dans l’œuf. La colère des libraires est sûrement passée par là.

La furie des libraires a refroidi le Furet

Lorsque l’info de la possible arrivée de l’enseigne nordiste est parue dans la presse, on a assisté à une levée de boucliers des commerces. Les librairies orléanaises ont immédiatement réagi en menant des actions. Les professionnels ont par exemple affiché des messages à l’intention du maire Olivier Carré sur leur devanture, pour expliquer qu’une telle arrivée pourrait perturber l’équilibre précaire qui existe dans le secteur loirétain. Face à cette fronde, l’élu a décidé de réunir les principaux intéressés pour entendre leur inquiétude.

Il faut dire que l’agglomération compte plusieurs enseignes telles que la Fnac et la librairie Nouvelle à Orléans et attend prochainement l’arrivée du mastodonte Cultura à Cap Saran. Même si la directrice de communication a confirmé que l’accueil glacial qui aurait pu être réservé à l’enseigne, n’avait pas joué dans la décision finale, on peut tout de même penser le contraire. Selon elle, les critères du dossier n’étaient pas tous remplis.

Quoiqu’il en soit, les anciens locaux de Passion Culture resteront vides encore un moment. De son côté, le maire de la ville a confié qu’il allait élargir la recherche et ne plus se restreindre à celle d’une enseigne culturelle marchande.