Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Le Mans : la nouvelle arme contre les stationnements gênants

05 octobre 2017 à 06h43 Par Benoit Hanrot

Elle va devenir le cauchemar des mauvais automobilistes. Au Mans, les agents municipaux disposent désormais d’une nouvelle arme contre les fraudeurs au stationnement : une voiture hyper efficace en matière de verbalisation. Décryptage :

Il règne comme un parfum de terreur en ce moment dans les rues du Mans. Le nouveau shérif des agents municipaux vient de débarquer en ville. En effet, la municipalité vient de se doter d’un véhicule lapi, c’est-à-dire à lecture automatique de plaques d’immatriculation. Ce dernier est muni de huit caméras, six dans le gyrophare et deux sur les côtés. Son objectif est simple : verbaliser les conducteurs mal garés ou qui n’auraient pas payé leur stationnement.

Comment ça marche ?

Ce véhicule lapi est entré en service ce mardi. Doté d’une couleur blanche à bandes rouges, il ne passe pas inaperçu. Concrètement, deux agents de surveillance de la voie publique sont à son bord. Le premier conduit et le second actionne les caméras. A eux deux, ils sont en capacité de détecter, filmer et photographier les voitures mal garées sur les trottoirs, les passages piétons, les places handicapées ou encore les pistes cyclistes. Il leur suffit de cinq minutes pour verbaliser une quinzaine de conducteurs.

Pas de possibilité de savoir immédiatement si l’on a été verbalisé. Comme lors de la verbalisation des agents à pied, le PV est directement envoyé au domicile du contrevenant. Attention, l’amende peut être très salée : 35 euros pour un stationnement en dehors d’un emplacement et jusqu’à 135 euros pour un stationnement très gênant.

Une arme fatale pour répondre à la demande des riverains

Pour justifier cette nouvelle acquisition, la mairie a annoncé qu’elle recevait régulièrement des plaintes de riverains (au moins une par jour). Souvent de parents qui se plaignent de voir leurs enfants sur la route devant les écoles parce que les voitures squattent les trottoirs. Pour le maire Jean-Claude Boulard, c’est aussi une fierté d’être l’une des premières villes à avoir recours à ce type d’appareil.