Les centrales nucléaires du Val de Loire vont voir leur vies prolongées

VIBRATION
La centrale Nucléaire de Dampierre-en-Burly.
Crédit: AFP - Guillaume Souvant

23 mars 2021 à 4h00 par Vincent Giraldo

Plusieurs centrales nucléaires de Centre-Val de Loire serviront 10 ans de plus que prévu pour produire de l'électricité. Il s'agit de celles de Chinon, Dampierre-en-Burly, Saint Laurent-des eaux ou encore Belleville sur Loire. Pour cela, elles vont subir de très grands travaux qui ont déjà commencé.

Ces gigantesques travaux portent un nom : « Le grand carénage ». Ce sont en réalité d'importantes évolutions matérielles, qui concernent notamment la sécurité des infrastructures. L'objectif est d'adapter les anciennes centrales aux critères de sécurité actuels, c'est-à-dire au même niveau que pour la nouvelle génération de réacteurs EPR.


Des nouvelles normes qui sont liées principalement à ce que l’on a appris après l’explosion de la centrale de Fukushima au Japon. Précisions de Christian Ron, responsable du pôle réacteur à l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’Orléans qui contrôle les quatre centrales du Val de Loire :



Écouter le podcast



Selon l'Autorité deSûreté Nucléaire, tout est mis en œuvre pour que l'utilisation de ces centrales soit la plus sécurisée possible. Par exemple, les scénarios pris en compte dans les simulations en cas de catastrophe naturelle incluent des vents à plus 300km/h ou des séismes largement majorés par rapport au plus fort séisme jamais ressenti en France.



Décision inacceptable pour les anti-nucléaire 


D'après l'ASN, la durée d'utilisation de 40 ans définie lors de la mise en service de ces centrales n'était pas définitive. Il n'y aurait donc aucun problème à prolonger la vie des plus anciennes centrales. Mais pour les opposants au nucléaire, cette décision est inacceptable. Françoise Pouzet est membre du collectif "Sortir du Nucléaire Berry-Giennois-Puisaye" :



Écouter le podcast



Les travaux dans les centrales vont se poursuivre au moins jusqu’en 2025. Ils pourraient coûter plusieurs dizaines de milliards d'euros.