Les pompiers à la recherche de volontaires

VIBRATION
Les pompiers ont besoin de volontaires !
Crédit: Pixabay - photo d'illustration

3 février 2021 à 6h30 par Etienne Escuer

Une vaste campagne nationale de recrutement de sapeurs-pompiers volontaires a été lancée ces dernières semaines.

Et si vous deveniez sapeur-pompier volontaire ? Une vaste campagne de recrutement a été lancée le mois dernier. Sur les plus de 250 000 pompiers français, 80% sont des volontaires. Dans les 61 casernes de Saône-et-Loire, par exemple, il y en a 1 850, contre 340 pompiers professionnels. Ces hommes et ces femmes donnent de leur temps en plus de leur activité professionnelle. Il y a des besoins dans l’ensemble des casernes, selon Frédéric Roche, en charge du volontariat au service départemental d’incendie et de secours (SDIS). « Une force des pompiers, c’est d’avoir un maillage territorial très important. L’intérêt, c’est d’avoir du monde sur les secteurs loin des centres urbains », explique-t-il. « On a plus particulièrement besoin de pompiers dans les centres ruraux, parce qu’il n’y a pas de pompiers professionnels. Mais il y a des centres urbains avec moitié de pompiers professionnels et moitié de volontaires, donc aussi des besoins. »

Écouter le podcast

Les besoins sont plus importants en journée. En Saône-et-Loire, le SDIS parvient à mobiliser 800 pompiers la nuit, mais ce chiffre est divisé par deux en journée. Des volontaires avec des horaires décalés ou à temps partiel sont donc recherchés. « Ces gens-là sont très intéressants pour nous parce qu’on a besoin de disponibilité en journée, où on a beaucoup plus de mal pour avoir un nombre suffisant de sapeurs-pompiers », confie Frédéric Roche.

Écouter le podcast

Des conventions peuvent également être passées avec votre employeur si vous travaillez en journée, et les interventions sont indemnisées.

Prendre contact avec la caserne la plus proche

Quelles sont les conditions pour s’engager ? Il faut avoir au moins 16 ans et ne pas avoir fait l’objet d’une condamnation incompatible avec la fonction. Une bonne condition physique, sans toutefois avoir besoin d’être sportif de haut niveau, est nécessaire. Si vous êtes intéressé, il faut tout d’abord prendre contact avec la caserne la plus proche. « L’idée, c’est d’aller rencontrer les pompiers locaux, pour qu’ils vous expliquent leur travail, les formations, la disponibilité attendue et la façon dont se passe la vie à la caserne », explique Frédéric Roche.

Écouter le podcast

En Saône-et-Loire, par exemple, pendant les trois ou quatre mois d’élaboration du dossier, le responsable du volontariat conseille de venir s’imprégner de la vie à la caserne pour être sûr de son engagement. A noter que 18% des pompiers sont actuellement des femmes, un chiffre qui progresse ces dernières années.

I