Lutte contre le cancer : prévention contre le papillomavirus en Centre-Val de Loire

VIBRATION
Lutte contre le cancer : prévention contre le papillomavirus en Centre-Val de Loire.
Crédit: Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers Centre-Val de Loire

4 février 2021 à 5h00 par Alicia Méchin

Depuis 2019, le Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers Centre-Val de Loire (CRCDC) intensifie la prévention contre le papillomavirus, à l'origine notamment du cancer du col de l'utérus.

Ce jeudi 4 février a lieu la journée mondiale de lutte contre le cancer. On s’intéresse alors au 13ème cancer de la femme en France, le cancer du col de l’utérus. 3 000 femmes sont touchées chaque année, et on compte environ 1 100 décès. Très concrètement, qu’est-ce que c’est ? Explications du Docteur Isabelle Avenet, médecin coordonnateur au CRCDC :

 

Écouter le podcast

 

Comme nous l’explique Isabelle Avenet, le cancer du col de l’utérus met du temps à se déclarer, et peut être anticipé grâce à la prévention et au dépistage. Deux moyens de prévention sont alors proposés :

 

Écouter le podcast

 

Depuis 2019, le CRCDC organise des dépistages massifs auprès des femmes de la région qui n’ont pas réalisé de dépistage dans les délais demandés. 248 000 femmes ont d’ores et déjà reçu une invitation pour réaliser ce dépistage.

 

Vaccination chez les garçons de plus de 11 ans

Le papillomavirus ne touche pas que les femmes. Les hommes sont aussi concernés. Et c’est pour cela que depuis le 1er janvier 2021, les garçons âgés de plus de 11 ans peuvent se faire vacciner contre le papillomavirus :

 

Écouter le podcast

 

Si le vaccin est arrivé en France en 2007, il peine aujourd’hui encore à trouver son public. La couverture vaccinale est aujourd’hui insuffisante, comme nous le confie Isabelle Avenet :

 

Écouter le podcast

 

Le vaccin contre le papillomavirus s’adresse aux jeunes filles et garçons âgés entre 11 et 14 ans avec deux injections espacées, ou entre 15 et 19 ans révolus avec trois injections. Il est réalisé par un médecin, gynécologue, infirmier ou sage-femme. Et il est remboursé par l’Assurance Maladie.

I