Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Polémique autour de l’inauguration de la station d’épuration de Luynes

10 octobre 2017 à 06h58 Par Benoit Hanrot

L’inauguration de la nouvelle station d’épuration de Luynes aurait dû être un événement quelconque ce weekend. Mais des photos prises lors de la cérémonie sont venues noircir le tableau. En particulier un cliché qui a provoqué l’indignation des internautes. Récit :

Ce samedi 7 octobre devait être un jour heureux pour la mairie de Luynes et Tours Métropole. La nouvelle station d’épuration baptisée « la Serre » était inaugurée, signant ainsi l’aboutissement d’un an de travaux. Si le projet n’est pas contesté sur le fond, c’est bien la forme prise par son inauguration qui est pointée du doigt. Notamment un cliché représentant le maire de Luynes et le président de Tours Métropole découpant le cordon tricolore, entre deux jeunes femmes très courtement vêtues.

Une photo qui inspire indignation et moqueries

« Sexisme ordinaire », « rétrograde », « vision machiste », les remarques ont fusé hier sur le facebook de Tours Métropole à la publication de cette photo polémique. Certains internautes n’ont pas hésité à sortir la boîte à blagues à base de « pourquoi les élus ne sont pas aussi en slip argenté ? », d’autres ont préféré le jeu de mot en évoquant la tenue « épurée » de ces femmes.

photo montage de l'inauguration de la nouvelle station d'épuration de Luynes

Une photo sortie de son contexte

D’autres internautes ont pris la défense des organisateurs de l’événement. L’un d’eux, un certain Gilles Ferrand se présentant comme 1er adjoint à la mairie de Luynes, a expliqué que la photo était sortie de son contexte. En effet, les jeunes femmes étaient en tenue de danseuses de samba car elles appartiennent à l’association samba de Tours et avaient pour mission d’effectuer une prestation sur le thème de la serre tropicale.

D’autres encore n’y ont vu aucun inconvénient, estimant que ces jeunes danseuses faisaient leur travail, que personne ne les avait forcées et qu’elles étaient en droit de se vêtir comme elles le souhaitaient. Fin de la polémique.