Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Restaurants : « Certains mettront la clé sous la porte », prévient l’UMIH Pays de la Loire

03 juin 2020 à 13h03 Par Etienne Escuer
Image d'archives. Une terrasse de restaurant.
Crédit photo : Commons - Jules Grandgagnage

Les cafés et restaurants sont de nouveau autorisés à ouvrir, depuis le mardi 2 juin. Un soulagement pour la profession, mais des établissements feront faillite, redoute l’UMIH.

Un steak tartare, une salade, un café ou encore une bière en terrasse… L’image avait disparu depuis la mi-mars dans les rues de France en raison de la crise sanitaire. Depuis ce mardi 2 juin, les bars et restaurants peuvent rouvrir. « Un soulagement », selon François Taillandier, le président de l’UMIH en Pays de la Loire, la principale organisation patronale du secteur de l’hôtellerie-restauration. Mieux, le protocole sanitaire est moins drastique que ce que redoutaient les restaurateurs. « La règle des quatre mètres carrés par client n’a pas été retenue, la distanciation physique est d’un mètre entre chaque client attablé, ce qui permet d’exploiter dans des conditions presque normales ».

 

Écouter le podcast

 

Quelques changements

S’il va tout de même falloir s’habituer à quelques changements, « on va presque retrouver les restaurants que nous connaissions », confie François Taillandier. Parmi les nouveautés : un mètre entre chaque table, des serveurs qui porteront des masques et des clients aussi pour se rendre dans l’établissement (pour manger, il faudra bien sûr le retirer !), et des terrasses souvent autorisées à prendre plus de place sur les trottoirs.

 

Écouter le podcast

 

Des faillites à prévoir

Après deux mois et demi de fermeture, et même si certains restaurants se sont tournés vers la vente à emporter pour minimiser les pertes, plusieurs ne s’en relèveront pas. « Certains mettront la clé sous la porte », redoute le président de l’UMIH Pays de la Loire. « Ceux qui n’ont pas pu obtenir le prêt garanti par l’Etat, ceux qui n’ont pas été suivis par leur banque ou ceux qui sont arrivés récemment avec peu de fonds propres et des endettements forts. »

 

Écouter le podcast

 

Le retour à la normale prendra du temps, mais François Taillandier est optimiste pour la reprise. « Retourner au restaurants, dans les cafés, c’était l’une des plus grandes attentes, un des plus grands manques des Français. »