Rixes mortelles entre adolescents dans l'Essonne, les renforts de police appelés sur place

VIBRATION
Le ministre de l'Intérieur annonce l'arrivée de 100 policiers et gendarmes dans l'Essonne, après la
Crédit: Common Wikimedia

24 février 2021 à 7h16 par Mikaël Livret

Des renforts de policiers et gendarmes ont été promis par le ministre de l'Intérieur lors d'un déplacement mardi soir à Dourdan.

Les deux victimes étaient âgées d’à peine 14 ans. Lundi 22 février dans l'après-midi, Lilibelle, 14 ans, a perdu la vie en voulant s’interposer dans une bagarre entre deux bandes rivales de Dourdan et Saint-Chéron. Poignardée au ventre, elle n’a pas survécu. Son agresseur âgé de 16 ans, et 5 autres jeunes ont été placés en garde à vue.

A peine 24 heures plus tard, deux groupes d’Epinay-sous-Senart et de Quincy-sous-Sénart ont décidé d’en découdre sur « terrain neutre » à Boussy-Saint-Antoine. Un adolescent de 14 ans meurt poignardé, deux autres sont blessés, dont un touché à la gorge. Hospitalisé dans un état critique, il va mieux ce mercredi matin, précise le parquet d’Evry. L’auteur du coup de couteau mortel s’est rendu plus tard dans la soirée. 7 personnes sont en garde à vue désormais dans ce dossier.

Ce phénomène gangrène le département depuis plusieurs années. 99 rixes entre bandes rivales ont été recensées en 2020 dans l’Essonne, 54 dans le Val d’Oise. En tout, 186 bagarres dans les quatre départements de la grande couronne (Yvelines, Val-d’Oise, Essonne et Seine-et-Marne) pour un peu plus de 357 faits recensés dans toute la France. « 46 bandes actives » ont été recensées, dont « 15 » à Paris, précise l’Intérieur.

Des renforts de police

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s’est déplacé mardi soir à Dourdan. Il a annoncé « le renfort d'une soixantaine de policiers à Dourdan et une trentaine à Boussy-Saint-Antoine. Béquilles, armes blanches et barres de fer ne doivent pas être l’équipement d’un enfant de 13 ans. La société n’est pas responsable de tout, ce sont les parents qui ont d’abord un devoir d’autorité », a notamment déclaré le locataire de la place Beauvau.

Une réunion avec les préfets de la région aura lieu en fin de semaine pour plancher sur les mesures à prendre, annonce G. Darmanin. Rendez-vous est pris également avec les élus des villes concernées dans le département, en début de semaine prochaine en préfecture.