Une Blésoise condamnée à 22 ans de prison pour avoir tué son mari

VIBRATION
En première instance, l'accusée avait été condamnée à 25 ans de prison.
Crédit: Pixabay

10 décembre 2020 à 4h41 par Etienne Escuer

Une sexagénaire était jugée cette semaine par les assises d'Indre-et-Loire pour le meurtre de son mari, à Blois, en 2013.

La peine est légèrement inférieure à la condamnation en première instance : la cour d’Assises d’appel d’Indre-et-Loire a condamné, ce mercredi 9 décembre, une femme de 60 ans à 22 ans de réclusion criminelle pour la mort de son époux, en 2013 à Blois. L’année dernière, elle avait été condamnée à 25 ans de prison par la cour d'assises du Loir-et-Cher.

Le corps de son époux, âgé de 49 ans, avait été retrouvé par des promeneurs dans la Loire, à Amboise, en Indre-et-Loire. L’homme, qui avait fait part à l’accusée de sa décision de la quitter et qui entretenait une relation extra-conjugale, aurait consommé de l'alcool avant de s’endormir sur le canapé. La sexagénaire a de nouveau expliqué à l’audience avoir « été réveillée par un bruit, comme si mon mari s'étouffait ». Elle confie lui avoir « redressé la tête en tirant sur son écharpe » et « mis des claques » puis « jeté de l’eau au visage » sans réussir à ranimer. Une version contestée par plusieurs expertises médico-légales qui avaient conclu à une asphyxie provoquée par un tiers.

L'accusée a encore assuré, comme en première instance, ne « jamais avoir eu la volonté de tuer » son mari. Elle a expliqué avoir paniqué et avait fini par jeter le corps de la victime dans la Loire.

 

(Avec AFP)