Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Une étude tourangelle veut évaluer l’intention vaccinale contre le Covid-19

30 juin 2020 à 07h00 Par Etienne Escuer
Des chercheurs et chercheuses de la prestigieuse université d'Oxford travaillent à l'élaboration d'un vaccin contre le Covid-19.
Crédit photo : Steve Parsons / POOL / AFP

Laurent Maubisson, enseignant-chercheur au laboratoire Vallorem et maître de conférence à l’IAE de Tours, lance le second volet d’une enquête sur l’acceptation du vaccin Covid-19 par les Français. Vous pouvez répondre à son questionnaire.

Les Français se feront-ils vacciner massivement contre le Covid-19 ? C’est la question à laquelle tente de répondre Laurent Maubisson, enseignant-chercheur tourangeau. Après une première phase en mars, le second volet de son enquête a débuté.

 

 

Ces dernières années, l’acceptation des vaccins par les Français semble reculer, faisant du pays de Pasteur le plus réticent en Europe à ce sujet. « Il y a des facteurs psychologiques : la population doute de l’efficacité des vaccins, et cela dépend aussi de la perception de la gravité des maladies. Il y a aussi des normes sociales et un conformisme : plus les autres se font vacciner, plus on va avoir envie de se faire vacciner », explique Laurent Maubisson. « Il y a aussi des facteurs externes, comme la recommandation par le médecin traitant. Mais il y a également une crise de confiance envers les autorités sanitaires et le gouvernement : on fait moins confiance à ces grands politiques qui ont peut-être des conflits d’intérêt. »

 

Écouter le podcast

 

En mars, les Français plutôt favorables au vaccin contre le Covid-19

 

L’enseignant-chercheur a débuté son enquête en mars, pendant les premières semaines de confinement. Des Français ont été interrogés à ce moment-là sur leur intention de se faire vacciner lorsque le vaccin serait disponible. Les résultats étaient alors plutôt encourageants. « On a comparé ces résultats avec ceux d’une étude réalisées en 2017 sur une épidémie de grippe classique en 2017, pas trop virulente. On a constaté que l’intention avait doublé », détaille Laurent Maubisson. Comment l’expliquer ? Le fait que le Covid-19 soit perçu comme une maladie plus grave a certainement joué, notamment en raison de la réaction des autorités, avec un confinement imposé et un vocabulaire martial du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, qui avait par exemple déclaré « Nous sommes en guerre ».

 

Reste désormais à savoir si l’avis des Français est toujours le même, alors que les connaissances sur le virus se sont améliorées et que les mesures sanitaires ont été drastiquement réduites avec le déconfinement. C’est tout l’objet de la seconde phase de l’enquête de Laurent Maubisson, qui souhaite recueillir votre avis en répondant à un questionnaire disponible via ce lien.

 

Écouter le podcast

 

Comment améliorer l’intention vaccinale ?

 

Comment réconcilier les Français avec le vaccin ? Pour Laurent Maubisson, les messages du gouvernement et des autorités sanitaires restent ceux qui ont le plus d’impact sur les Français. Ces derniers devraient donc communiquer au maximum sur l’élaboration du vaccin. « On a peur de l’inconnu », poursuit l’enseignant-chercheur. « On ne sait pas comment sont développés ces produits. Est-ce que ça a été précipité ? Est-ce que les phases des essais ont bien été respectées ? Il vaudrait mieux accompagner la population et la familiariser progressivement avec la qualité de ce vaccin. » D’après Laurent Maubisson, il faudrait donc mieux expliquer toutes les recherches nécessaires, les partenariats avec les laboratoires publics des universités, qui auraient tendance à rassurer la population.

 

Écouter le podcast

 

Allez-vous vous faire vacciner contre le Covid-19 lorsque le vaccin sera disponible ? Vous pouvez répondre à l’enquête de Laurent Maubisson en cliquant sur ce lien.