Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une reprise d’activité timide pour les autocaristes

10 juin 2020 à 12h47 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Les transports scolaires ont pu reprendre progressivement.
Crédit photo : Commons - Kev22

Depuis le 11 mai, les autocaristes ont pu reprendre un début d’activité. Insuffisant toutefois pour sauver tout un secteur à l’arrêt depuis début mars.

Les autocars sont depuis le 11 mai dernier de retour sur les routes. Le secteur avait été l’un des premiers à s’arrêter, début mars, avec la fermeture des écoles et la suppression des voyages scolaires notamment. « Avec le déconfinement, on a transporté au départ les élèves de primaire, puis progressivement les collégiens et les lycéens, avec une fréquentation faible », explique Jean-Louis Lehuger, à la tête de Transdev Stao au Mans, et président de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) en Sarthe. « Mais il y a encore une activité qui ne reprend pas : le tourisme. Le retour à la normale est prévu au mieux pour janvier 2021, au pire dans un an. »

 

Écouter le podcast

 

Les PME fragilisées

Si les entreprises conventionnées pour le transport scolaire parviennent à s’en sortir, la situation de celles qui se concentrent essentiellement sur le tourisme est compliquée. « Ce sont souvent des PME, qui vont être très fragilisées. Elles vont être obligées de se séparer de conducteurs et de matériel pour survivre », confie Jean-Louis Lehuger. D’autant plus que s’ajoute un protocole sanitaire assez contraignant, qui coûte lui aussi du temps et de l’argent.

 

Écouter le podcast

 

Etre associé aux plans de relance du tourisme

Le secteur a pu bénéficier des principales mesures gouvernementales, comme le chômage partiel, mais cela ne sera pas suffisant. Pour Jean-Louis Lehuger, les autocaristes doivent être associés aux plans de relance du tourisme. « On travaille avec les élus pour faire comprendre que nous sommes un des maillons de la chaîne du tourisme », explique-t-il. « On en discutait aussi avec le directeur du Puy du Fou. Sans les autocaristes, le parc aura du mal à assurer le mois de septembre par exemple. On est là pour alimenter toute l’activité tourisme des Pays de la Loire »

 

Écouter le podcast