Vaccination : des créneaux dédiés pour 400 000 travailleurs "de deuxième ligne" de plus de 55 ans, dès samedi

VIBRATION
Conducteurs d'autobus, chauffeurs routiers, caissières, employés des pompes funèbres ou des abattoir
Crédit: CCo

20 avril 2021 à 10h41 par Iris Mazzacurati

Environ 400 000 travailleurs de plus de 55 ans, d'une vingtaine de métiers "de deuxième ligne", bénéficieront à partir du 24 avril de créneaux de vaccination réservés pendant deux semaines, a annoncé mardi 20 avril le ministère du Travail à l'issue d'une réunion avec les partenaires sociaux.

Conducteurs d'autobus, chauffeurs routiers, caissières, employés des pompes funèbres ou des abattoirs, agents d'entretien ou agents de sécurité figurent parmi les professions retenues, mais pas les professionnels du BTP. Les intérimaires de ces métiers sont également éligibles.

La liste complète sera diffusée dans la journée par le ministère et vient s'ajouter à celle déjà annoncées en fin de semaine dernière (enseignants, assistances maternelles, forces de l'ordre notamment) qui concernait également environ 400 000 personnes.

Cette sélection a été effectuée en ajoutant des critères à la liste plus large des métiers de la deuxième ligne, identifiés en mars dans un rapport de Sophie Moreau-Follenfant, dirigeante du gestionnaire du réseau à haute tension RTE, et Christine Erhel, économiste (Cnam).

Aux critères alors retenus (l'exposition aux contacts sociaux et la présence sur site pendant le premier confinement), le gouvernement a ajouté trois conditions, non cumulatives : l'exercice du métier en milieu clos, la difficulté à respecter les gestes barrière et les métiers davantage à risque identifiés par l'institut Pasteur.

"Pour que cette priorisation ait un sens, il fallait une liste de métiers pas trop longue", justifie-t-on au ministère.

Par rapport au reste de la population âgée de plus de 55 ans, ces personnes (qu'il s'agisse de salariés, travailleurs indépendants ou chefs d'entreprise) auront des créneaux de réservation réservés dans certains centres de santé choisis par les Agences régionales de santé (ARS) à partir du samedi 24 avril et pendant deux semaines.

Les modalités pratiques de réservation devraient être précisées dans la journée.



(Avec AFP)