Pas de recul pour le mal-logement en 2022 selon le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre

VIBRATION

2 février 2022 à 11h03 par Mathieu Message

Si le nombre de personnes à la rue cet hiver est en baisse, celui des personnes mal logées ne fait qu'augmenter. Dans son rapport 2022, la Fondation Abbé Pierre indique que le nombre de sans domicile a doublé depuis 2012 et s’élève aujourd’hui à 300 000 personnes.

Le mal-logement semble de plus en plus présent en France, d'après le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre. Comme chaque année, le bilan est donné par cette fondation qui a pour mission de permettre à toute personne démunie d'accéder à un logement décent. Et le constat est sans appel : la crise sanitaire et la crise du logement se sont superposées en 2022.
 

4 millions de mal-logés en France

Parmi les chiffres clés : 300 000 personnes seraient sans domicile et près de 4 millions sont mal-logées en France. À l'échelle de la population française, cela représenterait 8% des personnes de plus de 15 ans qui auraient basculé dans une situation de fragilité, aggravée par l’isolement
 
Une crise accentuée par deux années de pandémie, où des hôtels et des nouveaux centres ouverts n'ont pas tout-à-fait permis d'endiguer ce phénomène. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, a bien constaté que des places ont été ouvertes pour accueillir des personnes sans domicile, mais ces chiffres sont à contraster :
"Depuis mars 2020, il y a eu 40 000 places d'hébergement ouvertes par le Gouvernement. Après, quand on regarde le nombre de personnes qui appellent le 115 et qui n'ont pas de solution, on est entre 3 000 et 4 000 personnes chaque soir ! Ce sont des niveaux assez proches de ce qu'on avait avant le COVID. Et même si on a hébergé 40 000 personnes, il y a d'autres personnes qui tombent à la rue. Les autres années, ce qui était positif, c'est qu'on avait une tendance à l'augmentation du nombre de logements sociaux neufs. Depuis 2020, ce mécanisme est un peu grippé. La crainte, c'est qu'on ne soit pas capable de répondre à cette demande de logement, et surtout à un loyer abordable."
 
Autre fait important à retenir : 10% des personnes sondées par la Fondation Abbé Pierre disent avoir eu recours à l’aide alimentaire depuis le début de la crise liée au COVID-19.
Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre.
Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre.
Crédit: Mathieu MESSAGE

Le quinquennat d’Emmanuel Macron pointé du doigt

Pour beaucoup d’associations et la Fondation Abbé Pierre, les actions du Gouvernement en matière de mal-logement sont insuffisants. Au cours des cinq années présidées par Emmanuel Macron, la pauvreté en France semble s'être enracinée et les inégalités ont augmenté. Par exemple, l’offre de logements sociaux disponibles a été réduite de 80 000 attributions dans le parc Hlm sur la période 2020-2021.
 
L'ampleur de la crise du logement ne semble pas réellement prise en compte par les responsables politiques, selon Manuel Domergue :
"Emmanuel Macron avait stipulé qu'il n'y aurait plus de personnes dormant dans les rues sous son quinquennat. Il avait déclaré ça dans un discours très ambigüe, consacrées aux personnes migrantes. On ne peut pas dire qu'il se soit engagé sur le sujet de manière formelle, et d'ailleurs ses actes montrent qu'il n'a pas pris cette promesse au sérieux. Plutôt que de régler la question des sans-abris, il a préféré déloger des tentes à Calais, à Grande-Synthe (Nord) ou encore dans le Parc André-Citroën (15e arrondissement de Paris)."
 
Plus largement, le logement représente le premier poste de dépenses des ménages en France... Et semble le grand oublié des politiques lors de cette campagne présidentielle.