Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

L’hôpital de Bourges condamné à payer des lunettes cassées

02 novembre 2017 à 06h22 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : Illustration de lunettes cassées / Pixabay

C’est une histoire invraisemblable qui a été jugée cette semaine par le tribunal administratif d’Orléans. La justice a condamné l’hôpital berruyer à payer 702 euros à une patiente qui avait chuté de son lit et cassé par la même occasion ses lunettes de vue. Récit :

Être à l’hôpital n’est jamais agréable. Mais passer ses journées à ne plus rien voir, c’est encore plus fâcheux. C’est pourtant ce qui est arrivé à une patiente de 82 ans en 2016. Cette femme a été prise en charge à l’hôpital pour une fracture du col du fémur et une embolie pulmonaire. Installée dans une chambre du service orthopédique de l’établissement, son lit n’était pas muni de barrières. Et ce qui devait arriver arriva, l’octogénaire a fini par tomber par terre. Victime d’une fracture du nez, elle a également cassé ses lunettes lors de sa chute.

La justice considère que le centre hospitalier est… coupable

Le tribunal administratif d’Orléans a estimé lors de l’audience que l’établissement aurait dû être plus attentif à la situation de l’intéressée. Compte tenu de son âge et de ses antécédents médicaux, elle aurait dû bénéficier de barrières ou de ridelles dans son lit. Résultat, cet oubli constitue un oubli dans l’organisation et le fonctionnement du service d’orthopédie auquel elle était affectée.

Pour cette faute, la justice a condamné l’hôpital à 702 euros, et ce alors que la victime ne réclamait que le remboursement de ses lunettes. Cette dernière avait même sollicité la direction de l’établissement pour régler l’affaire à l’amiable mais sa demande d’indemnisation avait été refusée dans la foulée. De son côté, la direction de l’hôpital a désormais deux mois pour faire appel de cette décision.

L’hôpital de Bourges déjà au cœur d’une polémique

Ce type de nouvelle, l’établissement hospitalier berruyer s’en serait bien passé. En juillet dernier, un patient de 45 ans a saisi par courrier le procureur de la République de Bourges après avoir découvert un message à caractère homophobe déposé dans sa chambre d’hôpital durant son absence. Il a porté plainte contre X pour homophobie. De son côté, la direction a ouvert une enquête interne mais l’origine du message n’a pas pu être déterminée.