Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Loiret : travaux repoussés à la prison de Saran

11 octobre 2017 à 07h06 Par Benoit Hanrot

Nouveaux retards dans les travaux de remise en état de la prison de Saran. Le chantier qui était prévu en octobre, a finalement été reporté. Une décision qui n’arrange pas les autorités qui font face à une surpopulation carcérale dans cet établissement.

C’était pourtant un engagement de Nicole Belloubet, la ministre de la Justice. Les travaux de remise en état de la prison de Saran auraient dû commencer ce mois-ci. Deux des trois bâtiments principaux ont été touchés par les inondations du printemps 2015. Mais le calendrier a finalement été chamboulé et le chantier pourrait ne débuter au mieux qu’en décembre. 

La faute à plusieurs problèmes d’ordre administratif. En août dernier, un appel d’offres a été lancé pour les travaux à effectuer au sein de la structure. Malheureusement, l’initiative n’a pas portée ses fruits. Du coup, les responsables se sont tournés vers une procédure de marchés négociés auprès d’entreprises qui devraient remettre leurs devis très prochainement. 

Quels travaux sont nécessaires ?

Le passage des intempéries a bien abimé l’intérieur des bâtiments. Pour deux d’entre eux, il faut changer les portes, refaire les peintures mais aussi rehausser la chaudière et le système électrique pour éviter que pareille situation ne se reproduise à l’avenir. Au total, six mois de travaux sont nécessaires au minimum.

Un exemple de surpopulation carcérale

Les personnels pénitentiaires pestent, les détenus patientent

Le problème de ce nouveau retard, c’est qu’il n’arrange pas la situation des prisonniers. En effet, la surpopulation carcérale s’accroît au sein de la structure. Actuellement, 420 hommes sont empilés dans le bâtiment principal, alors qu’il était conçu pour en accueillir moitié moins. De plus, les inondations du printemps 2015 ont obligé les autorités du centre pénitentiaire de Saran à déplacer certains détenus dans d’autres structures, notamment Châteaudun et Saint-Maur. Ces derniers reviendront une fois les travaux terminés.