Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Sport : 20 à 30% de licenciés en moins dans les clubs de l’Yonne

14 octobre 2020 à 07h20 Par Etienne Escuer
Les sports en extérieur restent toutefois moins impactés.
Crédit photo : Pixabay - photo d'illustration

Le CDOS de l’Yonne dresse un premier bilan de l’impact de la crise sanitaire sur le nombre de licenciés dans les clubs sportifs.

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact dans les clubs sportifs ? Oui, selon le Comité départemental olympique et sportif (CDOS) de l’Yonne. L’organisme a pu dresser un premier bilan de la situation et la rentrée a été marquée par une baisse du nombre de licenciés. « Entre 20 et 30%, comme au niveau national », constate Patrice Hennequin, le président du CDOS 89, en précisant que cela varie selon les disciplines.

Les sports en intérieur et les sports de contact seraient les plus touchés. « Il y a des gens qui ont pris des licences la saison dernière et qui n’ont pas pu pratiquer à partir du mois de mars, et qui attendent de voir cette année ce qu’il va se passer », explique-t-il. Mais selon, la plupart des licenciés qui n’ont pas renouvelé leur adhésion cette année sont surtout « des personnes d’un certain d’âge qui veulent faire attention, ou des enfants très jeunes dont les parents hésitent à les inscrire ».

 

Écouter le podcast

 

« Il y aura de la casse »

Moins de licences, donc moins d’argent. Pas de recettes non plus liées aux buvettes depuis plusieurs mois, même si les dépenses ont été, en parallèle, peu nombreuses depuis le confinement. Certains clubs pourraient-ils se retrouver en danger financièrement ? « Ce n’est pas la priorité aujourd’hui », confie Patrice Hennequin. « Tous les clubs qui ont des salariés peuvent profiter jusqu’en décembre du chômage partiel, c’est non négligeable. »

A cela s’ajoute le plan de relance du gouvernement, avec 120 millions d’euros annoncés pour les clubs sur deux ans. Certaines petites structures pourraient tout de même ne pas survivre. « Il y aura de la casse », prévient le président Patrice Hennequin. « Ma plus grosse peur, c’est pour les petits clubs et les petites associations, comme la gym douce dans les communes. »

 

Écouter le podcast

 

Une cellule de crise a été montée ces dernières semaines par le CDOS 89. Elle vient actuellement en aide à quatre clubs, qui ne sont toutefois pas encore en grande difficulté.