Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Un producteur bourguignon récupère son AOC !

06 juin 2017 à 12h40 Par Rédaction

Après deux ans de galère, Alexandre Blain a enfin retrouvé son appellation d'origine contrôlée de Pouilly Fumé. Ce viticulteur bio de Tracy-sur-Loire l'avait perdu en raison d'une décision de l'Inao, finalement déboutée au tribunal. Résumé :

Alexandre Blain a onze hectares de terre. Il produit du vin bio en n’utilisant aucun produit chimique mais s’appuie sur l’aide d’animaux pour travailler la terre. Son travail a été reconnu puisqu’une partie de sa production s’est retrouvée sur les tables de grands restaurants à Copenhague et Tokyo.

Il perd son AOC pour une série de contrôles "refusés"

Malheureusement, sa lancée va être stoppée par l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité). Le gendarme du vin décide de lui retirer son AOC (appellation d’origine contrôlée), non pas pour la qualité de son vin, mais bien car le vigneron aurait refusé de se soumettre au contrôle pour pouvoir revendiquer l’appellation.

Ce dernier réfute cette hypothèse et déclare à nos confrères du Journal du Centre, que les autorités n’ont pas fait beaucoup d’efforts pour que la rencontre ait lieu (changement de date de dernière minute, absence du vigneron ou courrier jamais reçu). Sans cette appellation, ses vins sont rétrogradés au rang de « vins de France » et perdent de leur stature.

Illustration du combat de David contre Goliath / Alexandre Blain contre l'Inao

L’affaire portée devant la justice

Alexandre Blain ne compte pas se laisser faire. Pendant deux ans, il va se battre devant les tribunaux pour faire entendre raison. Et c’est finalement il y a quelques jours que le tribunal administratif de Dijon lui donne raison. Le viticulteur bio de Tracy-sur-Loire peut à nouveau apposer la mention « Pouilly-Fumé » sur ses cuvées 2014 et 2015.

Heureusement durant ces deux années de galère, la perte de l’appellation n’a rien changé commercialement, il a d’ailleurs écoulé une bonne partie de sa production 2014 sous l’appellation « Vins de France ».