Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Une nouvelle crèche spécialisée à Bourges ?

16 août 2017 à 08h04 Par Benoit Hanrot

Voilà plus d’un an que l’association Capucine et Mininours se bat pour ouvrir une crèche dédiée aux enfants handicapés à Bourges. Mais elle rencontre toujours des difficultés qui l’empêchent de finaliser le projet. Décryptage.

A quelques semaines de la rentrée, les parents sont encore dans les rayons des supermarchés ou dans les librairies pour compléter la liste des fournitures scolaires. C’est aussi le retour de la crèche pour les enfants dont les parents travaillent. A Bourges, la seule crèche à pouvoir accueillir des enfants en situation de handicap, est fermée depuis juillet 2016. Depuis, une association se bat pour ouvrir une nouvelle structure. 

Un projet ambitieux

L’association Capucine et Mininours a vu le jour le 1er mai 2016. Sa présidente Tatiana Dupin, également auxiliaire de puériculture, souhaite créer une crèche destinée aux 0 – 3 ans qui souffre de handicap à Bourges. Son combat dure depuis plus d’un an et il est peu probable qu’elle puisse accueillir des enfants dans une nouvelle structure d’ici les prochaines semaines à l’occasion de la rentrée 2017.

Pour autant, le projet avance bien. Tatiana Dupin a déjà trouvé le local conforme à la loi handicap de 2005. Le problème concerne le budget de fonctionnement annuel estimé à 300 000€. Il en manquerait 70 000€. Un coût qui correspond à l’effort qu’il faudra réaliser pour obtenir le nombre de salariés nécessaires. En effet, il faut en moyenne compter un adulte pour cinq enfants dans ce type de structures, là où il n’en faudra qu’un sur huit pour les enfants valides.

Un échec et une prise de contact avec l’Etat

Lors d’une première tentative en août dernier, l’association avait tenté sa chance sur les sites de financement participatif. Elle souhaitait récolter de l’argent pour créer une crèche spécialisée dédiée aux enfants de 8 mois à 6 ans qui accueillerait tout type d’enfants, handicapés ou non. Malheureusement, le projet n’est pas arrivé à son terme et il a fallu tourner la page.

Depuis, sa présidente a pris contact avec la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel. Elle espère que les promesses d’Emmanuel Macron lors du débat d’entre-deux-tours seront tenues. A cette occasion, le candidat de la République en Marche avait émis la volonté de consacrer sa carte blanche à la situation des personnes handicapées.