Lancement des évaluations pour les élèves de CP

VIBRATION

18 septembre 2017 à 4h13 par Benoit Hanrot

Mathématiques et français, voici les deux matières dans lesquelles les enfants de primaire vont être soumis pendant cette deuxième quinzaine de septembre. Au programme, de l'écriture, de la reconnaissance de syllabes mais aussi des calculs. Décryptage :

Petite semaine de stress pour les élèves de CP. Pour cette rentrée scolaire 2017, ils vont être évalués sur le même principe que le dispositif prévu à l’entrée du collège, en classe de sixième. Pour le gouvernement, cet examen doit permettre aux professeurs de savoir où en sont leurs élèves afin d’adapter leurs cours. Mais tout le monde ne le voit pas de cette manière.


Qu’est-ce qui sera demandé aux élèves ?


Où en sont les élèves au moment de leur entrée en primaire ? Voilà tout l’enjeu de l’examen qu’ils vont passer cette semaine. Au menu : des épreuves de français où il sera demandé de reconnaître une lettre, un chiffre, une forme ou encore une ponctuation dans une liste de symboles. D’autres où il faudra compter le nombre de syllabes.


En mathématiques, neuf exercices seront soumis aux élèves. Là encore, l’observation sera au cœur du problème : repérer le nombre de cercles, reconnaître le chiffre dicté par le professeur parmi cinq proposés sur le cahier. Dans un autre exercice, il leur sera demandé de dessiner des jetons manquant dans une boîte pour atteindre le nombre donné ou encore de compter le nombre d’animaux se trouvant à l’infirmerie d’un zoo.


Exemple d'examen proposé aux CP


Des professeurs sceptiques :


Mais ces examens ne sont pas du goût de tout le monde. Certains professeurs remettent en cause leur intérêt même. Il est vrai qu’une simple question ne peut pas réellement refléter le niveau d’un élève dans telle ou telle matière. D’autres craignent que les résultats de ces examens servent à classer les écoles et donc, par conséquent, à les mettre en concurrence.


Dans certains établissements, plusieurs professeurs ont tout simplement décidé de les boycotter et ne les feront passer que si leur hiérarchie le leur ordonne. Raison invoquée : des évaluations ont déjà été faîtes à la rentrée par le biais d’examen mis au point par toute l’équipe enseignante.